dimanche 27 octobre 2019

Un jour, quelqu’un m’a demandé d’écrire une jolie chanson d’amour… Sans doute aurait-il dû s’abstenir…

L’AMOUR VACHE

Moi je t’aimeuuu comme une vache,
Et tu m’émeuuus tout comme un bœuuu
Je veuuux que tout le monde sache
A quel point tu es fabuleuuux.

Quand tu parles dans ta moustache
On ignore ce que tu veux
Et seule moi sait ce que tu caches
Au fond de tes grands yeux tout bleus

Moi je t’aimeuuu comme une vache,
Et tu m’émeuuus tout comme un bœuuu
Je veuuux que tout le monde sache
A quel point tu es fabuleuuux. 

Dans les tréfonds de ta carcasse
S’époumone un cœur solitaire
Sais-tu, toi que l’amour tracasse
Rêvant d’ivresse salutaire

Que

Moi je t’aimeuuu comme une vache,
Et tu m’émeuuus tout comme un bœuuu
Je veuuux que tout le monde sache
A quel point tu es fabuleuuux.

dimanche 23 juin 2019

L’auteur reclus dans son bureau, rivé dans son fauteuil, cherchant les mots devant l’écran de son ordinateur : aride désert !  Reçois parfois des messages empreints de gaîté qui l’extirpe de sa solitude, telle une oasis…



Bonjour Monsieur Lionel DE MESSEY

Je m'appelle Mody Diagne, professeur des écoles (PE) exerçant depuis 10
ans au Lycée français Jean Mermoz à Dakar (Sénégal). J'ai une classe de
CE2 (28 élèves), plutôt sympa !

Avec mes élèves de cette année, assez dégourdis, je sens le courage de
me lancer dans le domaine  du théâtre.
Nous avons fait depuis le début de l'année, un travail sur le corps, sur
l'espace et sur la voix ; il nous manque cruellement des idées pour
trouver la pièce à jouer !

Suite aux nombreuses recherches que j'ai effectuées sur la toile, votre
pièce intitulée "Casting " a attiré mon attention. Votre pièce a
également le charme d'aborder un sujet proche des enfants (le Sketch sur
le cinéma), et de pouvoir faire jouer 12 acteurs ou plus...

Aussi je me permets de vous demander d'abord l'autorisation de jouer
votre pièce lors de notre semaine culturelle prévue au mois de mai 2019
; et vous demander ensuite l'intégral de la pièce.

Permettez- moi de vous souhaiter Monsieur DE MESSEY,  une excellente
année 2019 : de la santé, du bonheur ;  une année pleine d'idées et de
projets qui je suis sûr nous raviront !

En vous remerciant d'avance, Recevez Monsieur DE MESSEY mes cordiales
salutations.

Mody Diagne
Professeur des Ecoles
Lycée Français Jean Mermoz
Dakar Sénégal.

NB La semaine culturelle est l'occasion pour les classes qui s'engagent
à y participer, de présenter une œuvre artistique valorisant le travail
des élèves. C'est un événement gratuit interne à l'école.
Dans tous les cas, après votre accord, nous vous transmettrons le
travail que nous aurons effectué grâce à votre pièce !

Pour information, voici le site de notre école :





mercredi 1 mai 2019

Vagues vagues



SUR LE FIL
(Grand’maison, Trélazé, Maine et Loire, 1995)
     Sur la corde à linge, sèche la veste d’uniforme. Le ciel marine salue les galons d’Enseigne et le soleil rayonne dans les boutons. Zéphyr éveille l’humeur folâtre, les petites culottes n’ont qu’à bien se tenir ! Le souffle gonfle des formes au cœur du linge, et de ses manches, le vêtement d’officier
fait du pince fesses ! Il s’amuse follement de cette promiscuité incongrue, oubliant ce qui est convenu, loin des soucis de la Flotte, il gigote. 
    Un Capitaine de Frégate passe dans la rue. Il essuie les gestes désordonnés de la veste au galon solitaire. Quel plaisir, l’irrévérence ! 
    A voile ou à vapeur, l’habit n’a pas choisi. En revanche, le pont de l’escorteur où s’escriment les mousses, lui arrache des soupirs. La mer, la vaste mer, sans cesse renouvelée : il l’abandonne aux poètes. Costume de circonstance, il n’a pas l’étoffe des héros. Ah, s’il avait pu déguiser de jolies
filles nues ou même des garçons ! Loin de la discipline, loin des réveils matutinaux, des médailles et des drapeaux ! 
    Alors, sur son fil, l’uniforme implore les cieux. Il lui faut une bourrasque, une tempête, une tornade, un cyclone ! Partir... Pour vivre un peu...


mercredi 10 avril 2019

Carte postale ancienne

Parmi les milliers de cartes postales en ma possession, j'ai retrouvé cette curiosité en ce sens que les hydravions entamaient leurs tous premiers vols - fragiles tels des éphémères - Le tampon de la poste est daté de 1912...
S'agit-il du premier hydravion de Fabre ? (1910)
Les amoureux de Saint-Malo reconnaîtront la ville sans trop de peine, mais j'imagine que quelques maisons ont disparu ou subi des transformations.

vendredi 22 mars 2019

Cette jolie pièce sera jouée en Belgique prochainement... Pour la commander, c'est ici


jeudi 7 mars 2019

Fumer tue...

                                             
Oui, je sais, j'ai déjà publié ce petit texte, mais il y a longtemps. Alors, une petite piqûre de rappel ne fait pas de mal.
 
                                             GAULOISE  
 
Une chiquenaude fait sursauter la tige au cœur du paquet mou. Déjà ?
Ses amies sont parties il y a peu, consumées aux doigts du fumeur !
Elle a du bleu au cœur d’avoir perdu ses confidentes, ses sœurs.
L’emballage à l’effigie des Gauloises ne sera pas son linceul. Sans un
adieu, il partira froissé le petit caporal. Elle le verra peut-être au gré du
caniveau, morceau de ciel chiffonné. 
Des bouffées odorantes jaillissent des entrailles de la vingtième sèche.
Elle se sent mourir, aussitôt on disperse ses cendres.
Elle va rejoindre ses compagnes en fumant urbi et orbi dans
l’indifférence éternelle...

mardi 5 mars 2019


Voilà longtemps, j'écrivis cette parodie de rap que beaucoup de gens ont pris beaucoup trop au sérieux. Il faut dire que l'on aime tellement cataloguer et que je suis si difficile à cerner. J'ai eu droit à tout : facho, gauchiste, aristo plein aux as, génial, minable... Je vous épargne les injures en dessous de la ceinture. Après, il y a tous les envieux et les jaloux qui me reprochent une virgule ou un adjectif, voire le sujet même de mes écrits ; Bah ! Moi au moins, je prends des risques ! Le risque de déplaire n'est pas le dernier, n'est-ce pas ?





         LE RAP A PART

Il me faudrait un camion-benne
Pour décharger toute ma haine
L’amour ici c’est un problème    
Il est trop blêm’ mon HLM

Je suis pas un raton rapeur
J’ai des angoisses et j’ai la peur
Je voudrais souvent être ailleurs
Avec mon petit baladeur

L’amour ici c’est un problème  
Il est trop blêm’ mon HLM

Pantin, Antony, Bourg la Reine
C’est la soirée hard sur la Seine
On brûle et on cogne sans peine
Pour donner des voix à Le Pen

L’amour ici c’est un problème
Il est trop blêm’ mon HLM

Moi, banlieusard, héros sans gêne
J’erre dans la zone érogène               
Sans jamais trouver l’être obscène
Un bout de reine, une naine

L’amour ici c’est un problème
Il est trop blêm’ mon HLM

L’ennui me gagne et j’ai la rage
J’aimerais tant être à la page
Pognon sur rue et femme sage
Mais travailler est un outrage
        
L’amour ici c’est un problème
Il est trop blêm’ mon HLM

Dans la fumée de mon pétard
J’aperçois ma vie de têtard
Je sais bien qu’il est un peu tard
Pour devenir une superstar

L’amour ici c’est un problème
Il est trop blêm’ mon HLM

Au coin de nos rues les dealers
Loin des regards de nos leaders
Polluent les âmes et les cœurs
De mes frères et de mes sœurs
                  
L’amour ici c’est un problème
Il est trop blêm’ mon HLM

Haine et shit sont les leitmotiv
De mon lied qui vous invective
Pourtant je rêve d’autres rives
De Babylone et de Ninive

L’amour ici c’est un problème
Il est trop blêm’ mon HLM

Pas de clocher ni péquenots
Ni de ruelles ni poulbots
Plutôt poubelles et prolos
Mon quartier n’est pas rigolo
        
L’amour ici c’est un problème
Il est trop blêm’ mon HLM
        
Ici ma complainte s’achève
J’ai craché mon fiel et ma sève
Parfois, quand la lune se lève
On voit un autre monde en rêve